Imprimer Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom :   Email :
 
 
 
 
 
 

En quête de bonheur - Les femmes sous les projecteurs


Chez F.a.r, nous avons la chance de recevoir toute l’année de nombreuses propositions d’interviews. Nous y travaillons avec ardeur! Les Fariennes ne sont pas en reste avec, pour certaines d’entre elles, une très belle visibilité dans la presse.

Le 8 mars, Journée Internationale des droits de la femme, La Deux proposait deux documentaires inédits de la série « Six personnages en quête de bonheur » qui dressent le portrait de femmes. L’une est sage-femme, c'est Titou. L'autre, c'est Béné. Toutes les deux ont pris leur destin en main et défendent la cause féminine.

 

 
 

Bénédicte, la créatrice du réseau F.a.r au centre d'un documentaire réalisé par Anne Mourgues

 

Et si les femmes détenaient la clé du bonheur? Réaliser ce qu'elles veulent, apprécier les plaisirs simples et allumer la flamme! 

"C’était il y a finalement très peu de temps. Les femmes avaient des bonheurs simples comme s’occuper de la maison, en attendant le retour de leurs travailleurs de maris. Elles aimaient repasser, faire le ménage, mitonner de bons petits plats, sortir faire les courses ou s’occuper, seules, de leurs enfants. Loin de toute ironie, certains rêvent bien et sans humour de cantonner les femmes dans " ce bonheur ". Mais pour Bénédicte, la créatrice du réseau F.a.r, les robots mixeurs sont à des années lumières. Car pour elle, le bonheur, c’est de montrer à toutes les femmes qu’elles peuvent oser, s’imposer et créer, comme les hommes. Faire tout ce dont elles ont envie."

  

Où diable sont nos expertes?

 

Malgré une augmentation très sensible du nombre de femmes dans les salles de rédaction, la presse de grande diffusion continue d’inviter principalement des hommes à titre d’experts, notamment dans les domaines du commerce, des technologies de pointe, de la politique et de l’économie.

À vos postes !

Les médias adorent les success-stories signées par des femmes inspirées et inspirantes. Dans le réseau, elles ne manquent pas et nous le faisons savoir. En 2015, F.a.r a noué un partenariat avec deux radios émettant dans la Province de Liège: Panach FM et RCF radio. L’un des objectifs de ces partenariats était d’améliorer l’image de l’entrepreneuriat féminin et de mettre en avant des ambassadrices. 24 membres du réseau ont été interviewées à raison d’une interview par semaine pour Panach FM.

Des héroïnes du quotidien

La Journée internationale des droits des femmes est l'occasion pour les médias de parler des femmes entrepreneures. Éditos, interviews, portraits, dossiers et plateaux télé sacrifieront au sempiternel marronnier de la super-nana qui gère de front deux voire trois vies. Et le reste de l’année, où sont les héroïnes du jour ?

Omniprésents dans notre quotidien, les médias peuvent largement contribuer à faire bouger les mentalités et, pourquoi pas, à insuffler l’esprit d’entreprise chez les jeunes et les moins jeunes. Comment ? En donnant la parole à ces femmes passionnées et passionnantes, en démystifiant la création d’entreprise et en faisant passer ce message tout simple: les entrepreneures sont des entrepreneurs comme les autres et non des exceptions. Médiatiser davantage celles qui réussissent, valoriser leurs talents et leurs compétences, mettre en évidence les témoignages de femmes cheffes d’entreprise en veillant à la diversité de leurs parcours aurait plus que probablement un impact positif sur l’estime de soi des audacieuses en herbe.

Peu d'étude ont été menées sur la manière dont les médias pourraient influer sur la propension entrepreneuriale des femmes. Citons celle d’Annie Cornet, Professeure HEC-Ecole de Gestion de l’ULg et Créatrice de l’Unité de recherche EGID «Études sur le genre et la diversité en gestion». Réalisée en 2006, cette étude portait sur la visibilité des femmes entrepreneures dans la presse écrite belge francophone. Le travail d’Annie Cornet mettait en évidence «la sous-représentation majeure des femmes dans la presse économique, le traitement médiatique différent de celui des hommes d’affaires, un vocabulaire et un angle rédactionnel non applicables aux hommes d’affaires : la référence à la conciliation vie privée/vie professionnelle, l’absence de référence à la puissance et au pouvoir dans les articles consacrés aux femmes».