Imprimer Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom :   Email :
 
 
 
 
 
 

Ysa Cavalis


«DOUBLE TOUR», UN PREMIER ROMAN ET LA CONCRÉTISATION D’UN RÊVE D’ENFANT 

Par une écriture ciselée et ludique, Ysa Cavalis vous plonge dans l’intimité à la fois sensible et violente, attachante et dérangeante, de ses deux personnages. Une quête de sens que partage inévitablement l’auteur et qui nous renvoie à notre propre envie d’être aimés. 

Article et interview paru dans la revue Audace  

Ysa Cavalis a toujours voulu écrire. D’abord pour elle, comme un irrésistible besoin d’exprimer tout bas ce qu’elle n’osait crier. Comme tant d’adolescentes, elle coucha sur le papier ses premiers émois, s’inventa un monde où tout était possible. Adulte, son écriture se fit plus tendre, nourrie des balbutiements de son enfant, professionnelle lorsqu’elle évolua dans la création d’entreprises, amère parfois quand elle ne trouvait pas de sens à cet univers agité. Aujourd’hui, elle quitte les journaux intimes pour s’adresser à tous. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une création d’entreprise mais plutôt de l’entreprise d’une création littéraire, qui exige elle aussi audace, envie de relever le défi et prise de risque. Le risque de se livrer et d’ouvrir la porte de son univers.

L’AUDACE, C’EST QUOI ?

Oser fondamentalement être soi. Dans un monde conformiste à souhait, c’est déjà un beau défi. Refuser de se résigner aussi, décoder ces vérités qui nous semblent immuables, remettre au centre de la réflexion un peu d’intériorité et de culture.

LE COMBLE DE L’AUDACE, C’EST QUOI ?

Dans notre société matérialiste, on a tendance à donner pour recevoir. Le comble de l’audace serait d’être capable «d’offrir » la vie et non plus de donner la vie à son enfant. Mon livre aborde le thème délicat de la relation à la mère. Comment ne pas être cette mère dévorante mais bien celle qui accepte de voir partir l’enfant? 

CE QUI INSPIRE L’AUDACE ?

L’envie d’être réellement libre, de vouloir changer les choses, d’oser faire preuve d’impertinence devant tout ce qui broie l’être humain.

L’AUDACE, ÇA S’APPREND?

C’est un exercice difficile, mais qui s’apprend avec un peu d’entraînement. En ce qui me concerne, ce sont les épreuves de la vie qui m’ont appris à devenir audacieuse. Le temps qui passe, les questions que l’on se pose sur la vie, sur le bonheur, sur ce qu’on désire le plus pour que notre avenir nous ressemble vraiment. Mais en fin de compte, je pense que l’audace est une part de notre personnalité. Ensuite, on y travaille pour la développer.

EN QUOI F.A.R EST-IL UN RÉSEAU AUDACIEUX?

Par son sens de l’altérité et le respect de la différence. Voir se côtoyer le portrait d’une brillante femme d’entreprise et celui d’une romancière inconnue est une belle image d’ouverture.

VOTRE PLUS BEAU COUP D’AUDACE ?

Revenir à mon rêve d’enfant et sortir un livre osé au niveau du ton. Mon nom peut d’ailleurs faire penser à «cavale» : être en cavale, en fraude sur le langage, en excès sur les frontières du «confortablement-penser».


Ysa Cavalis Double tour, Éditions Murmure des soirs

Rencontre et dédicace le 5 décembre 2015 chez Frozen lors d'un petit-déjeuner F.a.r.