Imprimer Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom :   Email :
 
 
 
 
 
 

Dominique Delvaux


Dominique Delvaux, farienne de la première heure, femme de coeur et d'engagements, est partie le vendredi 19 mars 2010. Le réseau f.a.r dans son ensemble lui rend hommage.


Artisane en pâtisserie-chocolaterie

Dominique insistait sur la féminisation de sa profession et était une femme capable de tout donner pour réaliser ses rêves sans jamais cesser de poser un regard bienveillant, éclairé et jamais dénué d'humour sur le monde qui l'entourait.

A quelques semaines de Pâques, la princesse du chocolat s'en est allée en nous laissant quelques oeufs et des milliers de souvenirs. Un cadeau d'adieu sucré et réconfortant à l'image de sa personnalité aussi flamboyante qu'attachante.

Grand Prix de la Très Petite Entreprise

En décembre 2005, elle remportait une distinction qui récompensait sa réussite dans un secteur difficile mais néanmoins magique : celui de la pâtisserie-chocolaterie.

Quelques années plus tôt, à plus de 35 ans, cette femme à la chevelure couleur feu et au regard souvent malicieux avait décidé de se lancer dans ce métier, placé sous le signe de la gastronomie, des plaisirs sucrés et de l'excellence artisanale. Ses pralines divines, mais aussi ses ganaches parfaites, ses génoises moelleuses et ses bavarois avaient su trouver leur place dans les restaurants de la région et sur les tables des gourmands les plus exigents.

Parmi ses spécialités, on trouvait le "Diamant Noir", un mariage subtil entre un praliné fin et une crème fraîche à la pistache. Cette praline pourrait suffire à dresser le portrait de cette travailleuse acharnée, sans cesse en quête de qualité et de raffinement et qui savait emballer son quotidien de bonté et d'humanité. "Dominique, c'était une crème", disaient ses amis. "Et quelle créatrice piquante et passionnée" disaient ses clients.

Maman fière et attentive

Pour elle qui, avant de réaliser son rêve professionnel, avait exercé de nombreux métiers, la réussite d'Eleonore, sa fille, était comme une évidence. Les mots qu'elle utilisait pour le dire valait toutes les lettres d'amour du monde.

"Je n'ai aucune angoisse par rapport à ton avenir. Je sais que ce que tu veux, tu fais tout pour l'obtenir. Ce que j'ai voulu te transmettre, c'est le respect des autres. Je voulais aussi que tu sois indépendante, autonome et pleine d'envies : c'est le cas ! Ce que j'aime le plus dans notre duo, ce sont nos interminables discussions dans la salle de bain. Dommage que ce soit toujours : toi dans la baignoire et moi, debout devant l'évier ! Je te souhaite une maternité aussi heureuse que la mienne. A la minute où tu as été conçue, j'ai su que tu étais là. J'avais senti que nous venions de réaliser la plus belle chose au monde. Le bonheur a été total, dès le premier jour !"