Imprimer Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom :   Email :
 
 
 
 
 
 

Sandra Kilian


Développer l’Humain au cœur de l’entreprise

Mon parcours

Lorsque j’étais petite je voulais être musicienne, parler plusieurs langues étrangères et voyager autour du globe. Comme vous pouvez le deviner j’ai fini par me heurter au légendaire « finis d’abord tes études et ensuite tu feras un vrai métier » parental. A cette époque encore fort obéissante j’ai obtenu mon diplôme d’assistante trilingue avant d’intégrer le groupe musical dans lequel j’étais supposée réaliser mon rêve. Après quelques années le groupe se sépare, le rêve d’enfant vole en éclats et la réalité me rattrape : je crois que je dois trouver un « vrai métier ».

J’ai été acheteuse dans des groupes internationaux pendant une dizaine d’années. En 2013, un burn out m’oblige à redéfinir mes priorités et les choses qui font du sens dans ma vie : créer du lien entre les individus et mettre le vivant au cœur de toutes les relations. J’ai alors une révélation et me forme en Sophro Analyse Intégrative, une psychothérapie corporelle, ainsi qu’en Sophrologie.

Aujourd’hui j’anime des ateliers de groupe et j’accueille en consultations individuelles des personnes qui souhaitent se reconnecter à leurs aspirations profondes ou transformer un scénario perdant devenu trop douloureux en scénario gagnant et créatif. Dans cette même dynamique je suis également co directrice d’une société de développement de l’Humain en entreprise. Une partie de mon temps est aussi dédiée à l’association belge GAIA aux cotés de laquelle je milite pour la cause animale. Je me forme également auprès de l’association Stop aux Violences Sexuelles dans l’accompagnement et la prévention des victimes de violences sexuelles.

Le déclic

Lorsque j’ai pris conscience que c’est moi et moi seule qui était responsable de ce que je créais dans ma vie ça a été un choc ! D’un seul coup tout devenait possible et c’était génial de réaliser ça. J’avais intégré que je pouvais me faire confiance et écouter mon intuition. C’est à ce moment que je suis activement devenue désobéissante ;)

Ma personnalité dans mon entreprise

Beaucoup de douceur et de thé. Je pense que tout cheminement peut être fait de 2 façons : dans la force ou dans la douceur. Mon approche est d’aborder les choses en douceur, bien entendu sans aucune complaisance car les personnes viennent pour avancer sur un thème précis et nous avançons quoi qu’il en soit. Je vais appuyer sur les points inconfortables et je choisis de les aborder avec douceur. Et avec du thé, car j’aime beaucoup ça, ça a un côté réconfortant le thé, j’en offre toujours au cabinet.

L'entreprenariat et moi

L’entreprenariat pour moi c’est un défi de tous les jours. On n’est pas nécessairement spécialisé ou informé sur tout. Il y a les tâches que l’on fait plus ou moins volontiers que d’autres mais qu’il faut faire quand même. En fait l’entreprenariat nous demande au quotidien de sortir de nos zones de confort, d’innover, de nous réinventer chaque jour. Parfois on a des idées qui fonctionnent du tonnerre et ça nous booste, d’autres fois c’est tout le contraire et on doit apprendre à rebondir sur les situations d’échec rapidement. On n’a pas la possibilité de rester des jours et des semaines à ressasser, on doit rester dans l’action. Heureusement, les situations d’échec cachent toujours une pépite précieuse pour nous aider à avancer et nous réinventer.

Une anecdote qui me décrit bien

J’expliquais un peu plus tôt, qu’avec beaucoup de douceur j’allais appuyer sur les points sensibles des personnes que j’accompagne. Un jour l’une d’entre elle m’a dit avec beaucoup d’énergie quelque chose du genre « Vous me faites chier ! Mais ça m’aide ». Chacun à sa manière propre de l’exprimer, ici cette personne y avait vraiment mis toutes ses tripes. Quand j’y repense cela me fait toujours sourire.

Un conseil que j'aurais aimé recevoir plus jeune

J’aurais aimé qu’on me dise 2 choses : la première c’est qu’on a le droit de se tromper, et de recommencer encore et encore. Nous vivons à une époque qui encore a si peur de l’échec, de mal faire. La deuxième c’est que tout est possible et que nous avons le pouvoir et la responsabilité de créer ce que nous souhaitons. J’aime beaucoup cette citation de Byron Katie qui dit « Le ciel n’est pas la limite, c’est l’esprit qui voit le ciel qui est la limite ».

Le réseau FAR et moi

Ah le réseau Far ou l’entreprenariat pensé par les femmes et pour les femmes dans un climat de sororité. En plus des superbes rencontres que j’ai pu y faire, ce réseau est pour moi un vrai stimulateur de créativité. Moi qui ai longtemps évolué dans des environnements masculins, le réseau FAR m’a permis de renouer avec l’audace au féminin.