Imprimer Envoyer à un ami
Envoyer à un ami
Vos coordonnées :

Votre nom :
Votre email :
Coordonnées de vos ami(e)s :
Nom :   Email :
 
 
 
 
 
 

Marine Toubeau


Mon parcours

Avoir un jour avoir mon magasin, c’était une pensée qui était présente depuis plusieurs années. Au sortir des secondaires, j’ai poursuivi des études de styliste à Tournai car j’ai toujours aimé suivre la mode, les créations de vêtements. Ces études m’ont conforté dans mes choix. Les aléas de la vie ont fait que je n’ai pas pu terminer mon cursus pour des raisons de santé. Ce fut un cap très difficile mais je n’ai pas perdu courage. J’ai décidé de travailler et j’ai d’abord trouvé un emploi dans une grande chaine de magasin de vêtements. C’est là aussi que j’ai appris les bases du métier, l’expérience du commerce mais surtout je me suis rendu compte des besoins des clients et de ce que l’on pouvait leur apporter.

Le déclic

J’aimais le travail en soi mais cela ne me correspondait pas. Le shopping dans une grande surface est impersonnel et le client est un anonyme parmi tant d’autres. Alors, quand s’est présentée l’opportunité de s’installer dans le bâtiment de la rue du miroir connu sous le Salon des Lumières, je n’ai pas hésité une seule seconde. C’était l’occasion de concrétiser mes rêves et avoir ma boutique.

Mon univers

Nous avons décidé de garder le cachet de ce bâtiment du XIXème siècle et de mettre en évidence les lieux en y mélangeant modernité et style ancien. On y a mis en place un concept qui me correspond, une atmosphère minimaliste et un coin cosy avec l’objectif primordial : celui de prendre soin du client. MAERI, l’enseigne commerciale vient du latin AERI et le ‘M’ de Marine. Le choix des vêtements se porte sur les styles scandinaves et français, alliant classicisme, modernité et sobriété avec une touche d’originalité et de peps.

L’entreprenariat

C’était vraiment un challenge de s’installer au centre historique de Mons dans une rue proche de la grand place mais distante du piétonnier. J’ai donc travaillé beaucoup les réseaux sociaux et un an après, je suis heureuse du succès rencontré. Il faut aussi être proche des clients dans le sens où ils doivent se sentir comme chez eux, être bien accueillis et conseillés.

Une anecdote

Un soir, je fermais le magasin comme à l’habitude lorsqu’une dame m’interpelle dans la rue et me demande si je ne peux pas l’aider. En fait, elle devait se rendre à une soirée et souhaitais une tenue pour y aller. Je lui ai ouvert et l’ai conseillé dans ses choix. Elle m’a été reconnaissante et m’a remercié. Je crois que c’est cela qui fait la différence avec une grande surface.

Un conseil que j’aurais aimé avoir reçu quand j’étais plus jeune

Je me rends compte maintenant que je suis dans la vie professionnelle que l’on n’est pas suffisamment préparé lorsque l’on est plus jeune et en milieu scolaire. Cependant, j’ai eu la chance aussi d’avoir grandi dans une famille d’indépendants et cela m’a permis d’être soutenue et aidée dans les domaines que je connaissais peu car un entrepreneur se doit d’être polyvalent ; il doit gérer, vendre, ... mais il doit aussi être bien entouré de conseils. La famille est très importante pour moi et me soutient activement.

Le réseau FAR pour moi

Ce sera l’occasion de rencontrer des femmes qui ont osé entreprendre, d’échanger des idées, des conseils.  Rien n’est plus important que de pouvoir tisser des relations, se faire connaître et aussi découvrir ce que les autres femmes font, s’entraider. Entreprendre, c’est aussi apprendre des autres.

 

Mon site internet 

Ma page Facebook 

ma page Instagram